Bien que faisant partie intégrante du Jorat, j’ai mis à part ce site atypique.
Créé en 1987 suite à une tempête de foehn, cet étang est particulièrement intéressant en hiver avant que les feuilles ne rendent l’observation des passereaux difficile et au printemps lors de la migration des batraciens qui viennent pondre dans l’étang.